Constitué autour d’un appel lancé en octobre 1993 par des syndicalistes et militants associatifs, Agir ensemble contre le Chômage s’est fait connaître par les « marches contre le chômage » qui durant plusieurs semaines organisèrent la convergence sur Paris. A l’arrivée, plus de 30 000 personnes défilèrent au printemps 1994 contre le chômage, la misère et les exclusions.
- Des problèmes pour faire valoir vos droits ?

Aujourd’hui encore, nous avons besoin de votre soutien (... lors des actions menées) mais aussi financièrement en nous renvoyant le bon de souscription (réduction fiscale possible) !
- Appel aux dons

En liaison avec d’autres réseaux de précaires de l’hexagone et en Europe, le réseau des collectifs d’AC ! poursuit ses actions pour la défense des droits des chômeurs et des précaires :
- Droit à un revenu personnel et décent, pour toutes et tous, et la continuité des droits sociaux CONTRE la précarisation des droits : ALERTE reprise des "négociations" de l’assurance chômage UNEDIC.
- le Livret de synthèse et de propositions issu du forum : "Un revenu et des droits pour exister !"


jeudi 3 janvier 2019
par  secretariat AC !

C’est trop gros, l’heure est grave :

Les chômeurs sur les ronds-points, le Gilet jaune s’impose !

Le gouvernement veut nous déconnecter (de Pôle Emploi)

Connectons-nous avec les Gilets jaunes !

Nous n’espérions rien de bon de Monsieur Macron. Pure création de la ploutocratie globalisée, son orientation politique est explicitement celle d’un libéralisme cynique, d’un « tatchérisme » sadique. Suite à la Loi Pénicaud du 5 septembre 2018 de destruction de l’Assurance chômage, son décret d’application du 28 décembre 2018 durcit encore les sanctions envers les demandeurs d’emploi. La « lettre de cadrage » du Gouvernement en vue de la négociation d’une nouvelle Convention Unedic dépasse toutes les craintes les plus douloureuses. C’est trop, il est temps de réagir vigoureusement.

Examen des sanctions nouvelles contre les chômeurs. La presse unanime, même de droite, est un peu gênée, mal à l’aise avec cette répression impitoyable. Dans les faits, ce qu’il en coûtera aux chômeurs jugés « indisciplinés » par Pôle emploi, c’est du dur, du gros, du lourd... alors que les chiffres officiels nous apprennent que 6,5 millions de demandeurs d’emplois sont inscrits à Pôle emploi, et que moins de 43 % d’entre eux sont indemnisés, pour un montant moyen mensuel de 900 euros. Les radiés, découragés, qui sont près de 2 millions, survivent avec des petits boulots plus ou moins ubérisés. Nous assistons au retour de la « vie au jour le jour », quasi servage, innommable régression. En comptant les familles, près de 7 millions de personnes doivent, chaque mois, survivre avec des minima sociaux - 500 euros de RSA pour une personne seule, encore moins pour ceux qui ont une famille.

La disruption économique, conséquence de la révolution numérique, des investissements dans la robotique, les énormes gains de productivité dus à l’intelligence artificielle, vont conduire à l’émergence d’une masse croissante de surnuméraires, d’inutiles au monde. Les « experts », économistes libéraux, sociologues au service de la ploutocratie, savent les dangers de cette disruption en cours. Pour maintenir leurs privilèges, capter de copieux prébendes, répression et punition des pauvres sont érigées en dogme.

Une simple absence à une convocation coûterait un mois sans allocation. En cas de recherches d’emploi jugées « insuffisantes » par Pôle emploi - innovation radicale - il ne s’agira plus d’une simple suspension des indemnités chômage, mais d’une suppression : un mois la première fois, deux mois la deuxième fois, 4 mois la troisième, avec une perte des droits. De plus, l’expérimentation d’un « carnet de bord numérique » va obliger les demandeurs d’emploi à rendre compte de leurs recherches d’emploi de façon mensuelle, et avec preuves à l’appui. Une surveillance informatique, « big brother » inquisitorial, va être prochainement instituée, le jour et la nuit, le « quémandeur » sera incité à chercher par monts et par vaux l’emploi rare, pénible et fort mal payé. C’est la loi du marché qui s’impose à tous, impitoyablement.

Pour faire des économies, contenir le factice déficit, la solution « logique » consiste à affamer le chômeur. Qui, misérable, sans échappatoire, devra traverser la rue pour trouver un employeur lui consentant un salaire souvent inférieur au Smic mensuel. La notion de "salaire de référence" (définie comme le salaire antérieurement perçu par le demandeur d’emploi) est évacuée ; après 12 mois à Pôle emploi, l’offre raisonnable risque d’être fort basse…

Il est temps de se vêtir en jaune, de gagner les ronds-points, les « sans dents » doivent montrer les crocs. Il est temps de réagir vigoureusement, c’est une question de pouvoir d’achat, mais plus encore de dignité humaine.

AC ! Agir ensemble contre le Chômage !

Jeudi 3 janvier 2019


Articles les plus récents

vendredi 11 janvier 2019
par  AC ! Gironde

CONTROLES, MACRON CA SUFFIT !

Décret publié le 30 décembre 2018 : le gouvernement fait le choix de l’injustice, de l’arbitraire et valide une politique de précarisation rampante" des chômeurs. Il n’a qu’une seule tonalité : le durcissement impitoyable des sanctions et qu’un coupable : Le chômeur !
* Les allocations avant ce décret (...)

jeudi 3 janvier 2019
par  AC ! RES

Macron déclare la guerre à 6 millions de chômeurs et précaires.

Ce sont 6 millions de personnes qui vivent pour la plupart sous le seuil de pauvreté. Dans une logique destructrice et périlleuse, Macron détruit l’assurance chômage comme tout le système de protection sociale durement acquis. Le chômage ce n’est pas les chômeurs qui le créent, mais cette nauséabonde (...)

vendredi 14 décembre 2018

AC ! appel tous-tes les précaires à se joindre au mouvement des Gilets Jaunes

Communiqué de presse
A la révolte des « gilets jaunes », M. le Président Macron a répondu par une augmentation des « primes » (prime d’activité pour les bas salaires, primes versées par les entreprises en fonction du bon vouloir des actionnaires).
Or ces primes ne créent aucun droit pour la personne, (...)

vendredi 7 décembre 2018
par  secretariat AC !

Assurance chômage Mobilisation pour nos droits...

Assurance chômage Mobilisation pour nos droits mardi 11 décembre 2018
Les « négociations Unedic », très encadrées par le gouvernement par un document de cadrage qui exige 3,9 Mds d’économies en 3 ans, méritent l’attention de toutes et tous. Le patronat s’appuyant sur ce document de cadrage (...)

mardi 4 décembre 2018
par  secretariat AC !

La dette de l’Unedic : un pognon dingue pour les banques !

Les banquiers, financiers capitalistes rusés, ont trouvé un moyen supplémentaire pour se faire un pognon dingue. Ils nous vendent – très cher – le médicament qui est censé soigner la maladie dont ils sont la cause. Ainsi de la « dette » de l’Unedic (1).
Au total on estime le nombre de chômeurs à plus de (...)

Brèves

25 avril 2018 - sur les ondes de FPP

http://hebdo-julialaure.info/spip.php?article139
l’émission l’Hebdo du 21 avril 2018 consacrée à (...)

24 septembre 2017 - Article sur le Revenu garanti et la sécurité sociale professionnelle

Le n° 14 des Possibles est publié. Soyez vivement remerciés pour votre contribution. Vous (...)

22 janvier 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE.

COMMUNIQUE DE PRESSE.
Les négociations de la convention UNEDIC commence le lundi 24 avec les (...)

6 novembre 2005 - Campagne Y’EN A ASSEZ

A l’heure ou la misère et l’exclusion mettent des quartiers en feu, des négociations sur (...)