Tweet bandeau
   Accueil > Actualités et contacts des collectifs > Procès d’Alain Darré à Auch (AC ! 32) : suite....

Procès d’Alain Darré àAuch (AC ! 32) : suite....

vendredi 28 septembre 2007


Procès d’Alain Darré àAuch (AC ! 32) : suite....

Déjàplus d’un an, le 17 juin 2006, qu’Alain Darré était arrêté àAuch lors d’un blocage filtrant de la circulation suite au refus du préfet de l’époque de recevoir AC ! 32 portant en manifestation les dossiers de salarié(e)s, chômeuses et chômeurs, précaires endettés. Un automobiliste irascible avait forcé le "barrage", blessant un des manifestants, mais c’est Alain qui fut inculpé pour dégradation de véhicule !

Le procès eut lieu le 23 janvier 2006 et fà»t interrompu suite àun malaise d’Alain. Ce 25 septembre 2007, le procès reprit, selon la volonté du président du tribunal, au point même où il s’était interrompu. Le substitut du procureur réclame une amende de 500 euros au nom de la liberté de circulation. L’avocat d’AC ! 32, Christian Etelin, dénonce d’abord le fait que si Alain avait été placé en "garde àvue", il aurait dà» en être informé pour faire valoir ses droits en la matière (recours àun avocat etc...). D’autre part, il démonte l’accusation en demandant comment Alain aurait pu endommager un véhicule à11H15, selon les affirmations de l’accusation, alors que l’heure de son arrestation, selon de rapport de la gendarmerie, portait 11H....D’autre part la gendarme témoin des faits parlait de coups de pieds dans la porte alors que l’automobiliste se plaignait de rayures sur le capot...Autant de contradictions qui montrent que le dossier ne tient pas la route ! L’avocat a donc demandé l’annulation de la procédure ou la relaxe.

La veille, un meeting salle des Cordeliers, au centre d’Auch, avait réuni une cinquantaine de personnes sur la criminilisation des mouvements sociaux. Lors du meeting présidé par Jean Manuel Fullana, Xavier, un des 14 postiers de Bègles, rapporta dans le détail l’intervention du GIPN pour "régler" un conflit social. Odile Barral, du Syndicat de la Magistrature, alerta sur les impasses où nous mènent les récentes mesures gouvernementales en matière de justice, particulièrement sur la question de la "récidive" et dénonça cette tendance lourde contre le mouvement social, visant àtraduire systématiquement devant les tribunaux celles et ceux qui manifestent leur solidarité pour les droits de toutes et tous.

Le comité de soutien du Gers àAlain est très large : LDH, UD CGT, Sud Solidaires, CNT, Les Amis de la Terre, la Confédération Paysanne, LCR, PCF, Les Alternatifs, AC ! 32 et national, Association Ende Doman... Diverses personnalités et même le président du conseil général (UMP !) avaient fait savoir au tribunal que, sans partager nécessairement les convictions d’Alain, ils le savaient déterminé mais ne le considéraient comme un violent.

Le midi avant le procès, un barbecue réunissait une centaine de participant(e)s, le long des allées devant le tribunal. Le soleil était aussi de la partie et c’est dans une ambiance détendue que le tribunal fit salle comble. Alain était lui encore un peu tendu, mais cette fois, il résista au stress !

Décision du tribunal le 23 octobre.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Hébergé par: OVH | Contact | Haut