Motion de soutien àIsabelle De Léon Conseillère àl’emploi au Pôle emploi de Toulouse Occitane

jeudi 6 octobre 2011
par  AC ! Gironde

Depuis le 19 décembre 2008, date de création de Pôle Emploi, on a assisté àla fusion de deux structures différentes, l’une publique, l’Anpe, l’autre privée, l’Assedic, avec toutes les conséquences inhérentes àune telle mesure : passage àun statut privé avec une délégation de service public*, fermetures d’agences pour réduire les coà»ts, mise en retraite des effectifs en surnombre, fusion des systèmes informatiques, « optimisation  » des espaces et des hommes en agence... Il ne restait donc plus qu’àunifier les métiers au sein de Pôle Emploi pour donner l’apparence d’un ensemble cohérent. L’EID, sigle barbare pour « Entretien Individuel Diagnostic  », a donc été pensé uniquement pour cette unification et doit être le symbole de son achèvement final, même si c’est aussi l’essentiel de la nouvelle offre de suivi des chômeurs. Pôle Emploi sera alors prêt àdevenir une entreprise de service soumise aux logiques de marché néolibérales et potentiellement privatisable àterme selon les volontés gouvernementales. Lequel Gouvernement commence d’ailleurs àse désengager en douceur du financement en n’augmentant pas la subvention alloué àPôle Emploi.

* En violation de l’article 9 de la Convention 88 de l’Office international du Travail (OIT) sur le service public et les conflits d’intérêt dans le domaine de l’offre d’emploi (environ 80 % des agents de Pôle Emploi sont passés àun statut privé avec la disparition de l’Anpe).

Isabelle De Leon est une professionnelle du placement, conseillère àl’emploi, qui refuse de se prêter au nouveau projet sur le suivi des chômeurs (EID) que propose Pôle Emploi. Elle défend courageusement, en tant que citoyenne, le service public. En effet, c’est au non de la liberté qu’elle a choisi de ne pas appliquer les consignes de sa direction sur l’EID,et c’est au nom de l’égalité des droits des demandeurs d’emploi qu’elle défend l’accès de tous àun service public de qualité. Au nom de la solidarité, elle refuse de vérifier les papiers d’identités, considérant qu’elle est au service du public et que son rôle n’est pas de contrôler, suspecter et dénoncer. Le service public, dit-elle, est le seul véritable outil de redistribution, le seul garant possible d’égalité de traitement et le seul principe capable de maintenir les droits fondamentaux d’aujourd’hui et de demain. Derrière l’EID, se cache bien sà»r un projet de privatisation de Pôle Emploi, qu’elle décode parfaitement en levant le voile sur les objectifs réels des mesures prises par sa direction .

Dans un premier temps, Isabelle de Léon a été sanctionnée par un blâme lors d’un conseil de discipline àla direction régionale Midi-Pyrénées. Dans un deuxième temps, la Direction générale de Pôle Emploi la convoque le 13 octobre 2011 pour un conseil de discipline au niveau national. Devant temps de volonté répressive elle àdébuté une gréve de la faim ce 5 octobre 2011.

Nous, organisation de défense des chômeurs, avons décidé de soutenir Isabelle De Leon dans son combat contre la mise en place de l’EID et ses conséquences néfastes pour tous, chômeurs et salariés.

En effet, Les nombreux chômeurs qui participent ànos permanences sociales témoignent de toute les difficultés qu’ils rencontrent pour être informés sur leurs droits les plus élémentaires et pour obtenir le respect de ceux-ci. L’application généralisée de l’EID, nouveau type d’entretien, ne fera qu’aggraver ces difficultés, avec des conséquences négatives sur l’instruction des dossiers d’indemnisation, sur le suivi des demandeurs d’emploi et sur les ruptures d’inscription : cessations d’inscription, contrôle, radiations dues àdes informations non transmises ou transmises avec retard etc...

La Direction de Pôle Emploi veut faire croire que cette nouvelle offre de service se ferait au bénéfice des demandeurs d’emploi, mais la réalité est tout autre. L’EID est un entretien qui se déroulera sur 50 minutes. Lors de cette entrevue, tout le dossier du Demandeur d’emploi sera passé au crible : contrôle et validation de la carte d’identité, contrôle des attestations, collecte des éléments personnels pour enrichir leur fichier DUDE. On instruira aussi àce moment làles droits a indemnisation, et on validera un projet professionnel qui sera contractualisé par la signature du PPAE. L’EID sera a lui seul une machine a cadence infernale... Il est évident que le conseiller de Pôle Emploi n’aura pas le temps de tout faire et que la vérification des pièces et l’instruction de l’indemnisation feront passer au second plan la validation du projet professionnel. La profession de conseiller àl’emploi sera alors réduite àla portion congrue. Au final, l’ EID sera une machine qui laminera la profession de conseiller àl’emploi et qui, par son caractère globalisant, augmentera les risques d’erreurs dans le traitement des dossiers.

La polyvalence des tâches ainsi mixées, indemnisation et placement, dans un « metier unique  », remet totalement en cause des années de professionnalisme dans chacun des deux métiers. C’EST CE QUI NEST PAS ACCEPTABLE ET C’EST CE QUE REFUSE ISABELLE DE LEON.

La Direction de pôle emploi doit comprendre son erreur de vouloir imposer àmarche forcé l’EID et faire machine arrière définitivement. D’autant plus que l’État et les partenaires sociaux préparent une nouvelle convention tripartite pour Pôle Emploi et qu’un point clé fait déjàconsensus : la future feuille de route fera son deuil du « métier unique  » . Chez Pôle Emploi demain , les agents ne seront plus censés savoir tout faire. Exit donc la polyvalence et, il faut l’espérer, exit une éventuelle sanction le 13 octobre àl’encontre d’Isabelle De Leon !


Écoutez l’émission "AC ! Tonne" tous les mercredis à17h sur La Clé des Ondes 90.10 Mhz


Commentaires