Plan pauvreté : Un véritable piège !!

Macron se moque des pauvres !
lundi 8 octobre 2018
par  AC ! Gironde

Le plan de pauvreté à la sauce Macron c’est 8 milliards sur 4 ans soit 62 centimes d’euros par jour pour les 8.800.000 citoyens vivant sous le seuil de pauvreté. Autant dire Macron consent des miettes !

Le remplacement du R.S.A. par le Revenu Universel d’Activité (R.U.A) c’est le retour du Travail Obligatoire (S.T.O.=Thèse fasciste) puisque ce revenu sera conditionné à une activité obligatoire, plutôt une corvée, bénévole ou non. Et en tout cas dans une activité totalement précaire ! Que penser par exemple d’entreprises et de patrons ayant créé en août 2018 que 300 emplois face à 6,3 millions de chômeurs ! Le R.U.A n’a en plus rien d’universel puisqu’il n’est ni d’autonomie, ni inconditionnel ! Macron c’est Pétain 2 !

Macron tient à montrer qu’il veut la pauvreté supprimée mais dans le même temps il propose d’augmenter les contrôles et la sanction ! Pour résumer ces propositions qui n’ont rien de neuf et sont largement éculées depuis 40 ans : « Accompagnement bidon, insertion bidon, menace de coupure du revenu » entraîneront une telle pression sur les plus précaires que ces personnes finiront à la rue. Ce sont donc les mêmes qui vont trinquer ! Avant nous avons eu les sans dent de Hollande, les pauvres cons de Sarkozy et demain la promesse du « Syndicat du Futur (SDF) » pour les sans costume de Macron.

Ce plan est bien une marche offensive contre les pauvres. En effet la fusion proposée du Rsa et de différentes allocations, comme l’APL, fera qu’en cas de contrôle et de coupure les gens perdront à la fois leur revenu et leur logement. Ce programme nous fait revenir 70 ans en arrière. Pire, il nous renvoie au moyen âge ! La mystification progressiste libérale de Macron est à sont comble ; pour préserver un avenir de richesses aux riches, il fait sombrer les plus précaires.

A défaut d’un pouvoir Macronistes qui ne respecte pas la citoyenneté et la République démocratique et sociale, nous exigeons le respect scrupuleux de l’article 11 de la constitution de 1958 [1] qui stipule que tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de sa situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existences.

Nous exigeons aussi le respect scrupuleux des articles 23 et 25 de la déclaration des droits de l’homme [2] dont la France est signataire, qui stipule que la société se doit de donner des moyens convenables d’existence à tout citoyen bien évidement « au-dessus du seuil de pauvreté ».

Mobilisons nous en plus pour exiger de suite :

- Un emploi correctement rémunéré, librement choisi et socialement utile.
- La R.T.T. à 20 heures pour tous-tes et le partage des richesses.
- La Création d’un Revenu Garanti Inconditionnel à hauteur du Smic avec ou sans travail.
- L’Abrogation de toutes les lois travail et des Ordonnances Macron.
- L’Accès pour tous-tes au libre choix de sa formation
L’Arrêt des radiations et des contrôles à l’encontre des demandeurs d’emploi.

04 oct 2018


Écoutez l’émission "AC ! Tonne" tous les mercredis à 17h sur La Clé des Ondes 90.10 Mhz



Commentaires