contribution d’AC ! au communiqué d’ATTAC présenté au CA des 7 et 8 septembre 2019

jeudi 12 septembre 2019

La réforme, de l’assurance chômage, les économies de près de 4 milliards en trois ans va priver plus de 200 000 chômeurs de toutes indemnités.

Certaines estimations syndicales estiment que près de 500 000 chômeurs seront paupérisés.

Il est utile de rappeler que moins de la moitié des demandeurs d’emplois sont indemnisés par l’Unedic avec une allocation moyenne d’à peine à 1000 euros mensuels. La multiplication des sous-emplois ubérisés (les « boulots à la con »), augure d’une destruction du salariat du retour d’un quasi servage, imposé par la destruction systématique des reliquats de » l’Etat-providence ».

La réduction du temps de travail (à l’échelle de la semaine, du mois, de la vie… retraites...) et la garantie d’un revenu décent en toutes circonstances sont les exigence minimales qu’il nous faut arracher pour contrer le tatchérisme cynique des Macron de France et de Navarre.

Nous entendons activement oeuvrer au démontage des fausses évidences : nous vivons plus longtemps donc (?!) il va falloir travailler plus longtemps. Pourquoi faudrait-il faire travailler les seniors jusqu’à… alors que le pays compte plus de 6 millions de jeunes chômeurs ?

Depuis 1981, l’instauration de la retraite à 60 ans, les capacités productives du pays se sont-elles amoindries ?

Les gains de productivité actuellement, pour l’essentiel, confisqués pour la croissance des dividendes doivent être mis au service d’une économie économe soucieuse de la préservation de l’environnement et permettant l’émergence d’une nouvelle écologie mentale, où les richesses ne seraient pas exclusivement monétaires.