Contre la précarisation !

nous exigeons de nouveaux droits collectifs !
mardi 28 octobre 2003
par  le réseau d’AC !

Tandis que le chômage ne cesse d’augmenter, on prétend « revaloriser le travail  » :

- Concrètement on restreint les droits sociaux existants afin d’imposer la baisse des salaires et la dégradation des conditions de travail.
- On annonce des mesures iniques portant atteinte àla gestion collectivedes droits.

Les récentes attaques contre le droit àla pension de retraite hypothèquent dangereusement l’avenir des salariés et plus particulièrement de ceux qui auront connu des périodes de chômage. Or chacun sait qu¹être salarié pauvre n’a plus rien d’exceptionnel. Par exemple, un sans domicile fixe sur trois occupe déjàun emploi sans pourvoir accéder àun logement.

Au premier janvier 2004 l’ensemble des moyens d’existence concédés aux travailleurs précaires, aux chômeurs, aux intermittents, va être brutalement remis en cause :

- On aggrave le plan d’aide au retour àl’emploi (PARE) en amputant les droits de 857 000 chômeurs. Laisser s¹appliquer ce « recalcul  » calamiteux reviendrait àentériner qu¹aucun droit collectif ne soit plus garanti.
- Au sein de la même convention UNÉDIC, on prétend « sauver  » les annexes spécifiques VIII et X des intermittents du spectacle. En réalité on les adapte aux besoins de ce secteur « porteur  » en jetant hors du régime 35 % d’artistes et techniciens, déjàfortement précarisés. Depuis près de quatre mois, la lutte pour l’abrogation du protocole MÉDEF/CFDT, agréé par Monsieur Fillon, et pour l’ouverture d¹une renégociation avec l¹ensemble des concernés s’oppose àcette contre réforme
- On exclut des allocataires en fin de droits de l’Allocation Spécifique de Solidarité (ASS) en annonçant une réforme du RMI qui instaurerait un Revenu Minimum d’Activité (RMA) donnant aux employeurs le droit de percevoir le revenu (RMI) précédemment versé àun allocataire.

Aucune de ces prétendues réformes ne sont acceptables. Elles condamnent chômeurs et travailleurs précaires àdépendre de plus en plus de minima sociaux dérisoires.

Nous n’avons d’autre choix que de résister. Ce que nous défendons nous le défendons pour tous ! Le compte àrebours a commencé !!

Prochaine journée de mobilisation et manifestations coordonnées : JEUDI 13 NOVEMBRE, lors du dernier Conseil d’Administration de l’UNÉDIC de l’année qui va mettre en application ces mesures scélérates.

àl’appel de : AC !, APEIS, Coordination des intermittents et précaires d’IdF, CNT Spectacle, G10 Solidaires, Les syndicats de la Fédération CGT du Spectacle, MNCP, SNU ANPE, SUD Culture, SUD Spectacle...


Commentaires

Brèves

25 avril - sur les ondes de FPP

http://hebdo-julialaure.info/spip.php?article139
l’émission l’Hebdo du 21 avril 2018 consacrée à (...)

22 janvier 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE.

COMMUNIQUE DE PRESSE.
Les négociations de la convention UNEDIC commence le lundi 24 avec les (...)